Covid : en Haute-Savoie, un nouveau-né développe des symptômes à trois jours

0
184

En Haute-Savoie, un nouveau-né, positif au coronavirus, a développé des symptômes quelques jours seulement après sa naissance. Après une grande période d’inquiétude, sa mère, ayant elle-même contracté le coronavirus, est persuadée d’avoir contaminé son enfant alors qu’elle était enceinte.

REPORTAGE

À Rumilly (Haute-Savoie), un nouveau-né atteint de Covid-19 a développé des symptômes dans les trois premiers jours de sa vie. Il est désormais tiré d’affaire, mais sa mère – également positive au coronavirus – et les médecins ont dû passer par une grande période d’incertitude. Né le 21 octobre dernier à Annecy, le petit Daryo présentait des symptômes inquiétants.

« Le bébé a été positif parce que j’étais enceinte »

« Il est né avec les yeux qui partaient en coucher de soleil, c’est-à-dire qui partaient vers le bas », explique la maman du petit Daryo, âgée de 24 ans. « Il a fait 40 de fièvre, ils ont dû faire un prélèvement urinaire, de selles, une ponction lombaire, un prélèvement sanguin et le test PCR, tout a été négatif, sauf le test PCR« , poursuit-elle. Son fils a donc bien été testé positif au Covid-19, à seulement trois jours de vie.

Si la maman est aujourd’hui positive, elle est néanmoins persuadée que c’est elle qui a transmis le virus à son petit. « Je ne l’ai pas attrapé à la clinique, sinon il n’y aurait eu que moi et mon fils de malades », insiste-t-elle, précisant que ses parents, ses grands-parents et son frère ont eux aussi été contaminés. « Je pense que tout le monde l’a attrapé à la maison, et que le bébé était positif parce que j’étais enceinte« .

« C’était inédit comme cas »

S’ensuivent des moments difficiles à l’hôpital d’Annecy. En pleine deuxième vague de Covid-19, la maman est isolée avec son bébé. « Le fait d’être isolée toute seule dans une chambre avec l’équipe médicale qui venait me voir qu’en cas de force majeure – quand ils rentraient, ils étaient déguisés en cosmonautes -, je n’avais aucun contact avec l’extérieur, je ne pouvais pas ouvrir la fenêtre pour prendre l’air… J’ai vécu ça comme une prison », confesse-t-elle.

De plus, poursuit-elle, « les médecins n’étaient jamais rassurants, ce qui n’était pas de leur faute, parce que c’était inédit comme cas (en France, NDLR), c’était le premier nouveau-né. Alors ils y allaient à tâtons, et me disaient que ça pouvait s’améliorer comme s’aggraver du jour au lendemain. »

Mais peu à peu la fièvre a baissé, et le bébé continue de bien s’alimenter. Aujourd’hui, il est rentré à la maison avec sa mère, et va bien. Des examens ont montré qu’il n’avait aucune séquelle neurologiques.

Europe 1

Par Jean-Luc Boujon, édité par Pauline Rouquette

Laisser une reponse

Please enter your comment!
Please enter your name here